Une menace de plus pour le climat : les émissions de méthane des mines de charbon sous-estimées

parue le
baccarat online gamblingLiên kết đăng nhập

Pour rappel, il est estimé qu'environ 60% des émissions de méthane dans le monde sont d’origine anthropique, les 40% restants provenant de sources naturelles : zones humides principalement, dégel du permafrost libérant des hydrates de méthane, etc.(©BHP)

Alors que s'ouvre la COP28 à Dubaï (30 novembre - 12 décembre), les alertes pesant sur les engagements internationaux liés au climat se multiplient. Parmi celles-ci figurent de nouvelles analyses montrant que les émissions de méthane (CH4) provenant de mines de charbon pourraient être deux fois plus élevées que leur niveau comptabilisé à l'heure actuelle.

Un impact plus important que les émissions de CO2 de l'Inde

La réduction des émissions de méthane issues des mines de charbon constitue « un moyen facile de lutter contre le changement climatique mais le faible niveau de suivi et de reporting laisse les gouvernements aveugles à l’ampleur de leurs émissions et aux opportunités pour les atténuer », déplore le think tank Ember dans un article publié ce 28 novembre (accessible en bas dans cette page). 

Selon les données aujourd'hui communiquées par les gouvernements à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, les émissions de méthane liées aux mines de charbon s'élèvent à près de 30,5 millions de tonnes par an.

Soit « l'équivalent de 2,5 milliards de tonnes de CO2 » par an, souligne Ember sur la base du potentiel de réchauffement global dans l'atmosphère 82,5 fois plus élevé du méthane par rapport au CO2 sur une durée de 20 ans(1). Autrement dit, ces émissions de méthane liées aux mines de charbon auraient un impact sur le réchauffement climatique supérieur aux émissions de CO2 de l'Inde.

« Global Methane Pledge »

Or, plusieurs études indépendantes jugent les émissions de méthane des mines de charbon rapportées par les gouvernements très sous-évaluées : les nouvelles estimations font état d'émissions réelles comprises entre 38 et 67 millions de tonnes de CH4 par an, soit jusqu'à plus du double des émissions actuellement comptabilisées. Ces nouvelles estimations équivaudraient aux émissions annuelles de CO2 des États-Unis, le 2e émetteur mondial, souligne Ember.

Selon lesdites études analysées par Ember, 22 pays émettraient plus du double des émissions de méthane « officielles ». Parmi ces pays figurent notamment l'Afrique du Sud, l'Indonésie ou l'Allemagne.Pour rappel, le « Global Methane Pledge » (lancé en novembre 2021 par plus de 110 pays dans le cadre de la COP26 et qui compte désormais près de 150 pays engagés) vise à réduire les émissions de méthane d’origine anthropique de 30% d’ici à 2030. Selon l'Agence internationale de l'énergie, une réduction de 75% des émissions de méthane liées aux énergies fossiles est nécessaire d'ici à 2030 pour espérer rester sur une trajectoire de réchauffement limitée à 1,5°C, souligne Ember. 

Consulter « In The Dark: underreporting of coal mine methane is a major climate risk » d'Ember (Sabina Assan et Eleanor Whittle, novembre 2023, 25 pages).

Sources / Notes
  1. Sur une durée de 100 ans, ces émissions de méthane auraient un pouvoir de réchauffement équivalent à celui de 0,9 milliard de tonnes de CO2.

Sur le même sujet